Montpellier figure parmi les grandes références européennes en matière d’urbanisme. La cité du Languedoc, il faut le rappeler, a toujours misé sur sa diversité architecturale. Nous vous proposons de découvrir ou mieux connaître les principaux bijoux de la haute architecturale de la ville. Ce sont autant de trésors qui se visitent en famille ou entre amis, le temps d’une journée, d’un weekend ou d’une semaine. Mais surtout, ces différents édifices enrichissent depuis longtemps le patrimoine architectural et culturel français.

Histoire d’oc

Laissez-vous tenter par une visite guidée de l’Ecusson organisée par l’Office du tourisme. C’est l’occasion de découvrir les attraits de quelques-uns des 80 hôtels particuliers qui se cachent dans le dédale de ruelles irriguant du quartier. En poussant portes et grilles, vous découvrez, entre autres vestiges historiques, des escaliers classés, des façades en pierre sculptée ou encore des volutes de ferronnerie.

Vous pourriez aussi passez de belles nuits aristos chez Baudon de Mauny. Cet hôtel particulier du 18ème siècle propose plusieurs chambres immenses à la décoration raffinée, conjuguant facture classique et design. « Ici, les bas-reliefs en stuc conversent joyeusement avec des fauteuils signés Rietveld. Là, le marbre des cheminées tutoie un papier peint aux motifs contemporains. » (Le Monde, 21 juin 2016) L’établissement figure au demeurant parmi les meilleures alternatives à un séjour dans un camping Sud de la France bord de mer.

Et si vous preniez sur votre temps pour admirer les toiles de maître au Musée Fabre ? Le Musée des beaux-arts, situé à quelques encablures de la place de la Comédie, figure parmi les lieux incontournables à Montpellier. Cet espace d’expositions s’apprécie surtout pour la richesse de son offre artistique, les œuvres étant réparties sur une superficie de 9.000 m2. Parmi les chefs-d’œuvre les plus appréciés, on peut notamment citer l’émouvante Sainte Agathe, réalisée par le peintre du « Siècle d’or » espagnol Zurbarán, ou bien le bucolique Vénus et Adonis, de Nicolas Poussin.

Partez également à la découverte de l’artisanat d’art à la Nef. La chapelle de la Visitation, un édifice datant du 17ème siècle, n’était pas loin de sombrer dans l’oubli. Mais c’était sans compter le projet des Ateliers d’art de France d’en faire  un espace d’expo-vente.Le lieu fut alors rénové par des ébennistes, des tailleurs de pierre et des maîtres verriers. Il est désormais consacré à l’artisanat d’art d’esprit contemporain (créateurs de bijoux, brodeuse de perles, tourneurs sur bois…)

Bain contemporain

Profitez de votre passage à Montpellier pour vous offrir un déjeuner étoilé au MIA. Le restaurant une-étoile met à l’honneur les produits locaux de saison, comme les cailles aux asperges de Lozère. Le MIA fait partie d’un édifice conçu par l’architecte Jean Nouvel, auquel Franck Argentin a fait appel, propriétaire du distributeur de meubles RBC, lorsqu’il a ouvert un showroom dans le quartier de Port-Marianne. Le restaurant est aujourd’hui tenu par Pascal Sanchez, un ancien lieutenant de Pierre Gagnaire.

Vous pourriez par ailleurs, au terme d’une balade dans la ville, vous offrir une pause lecture au cœur du quartier populaire de la Paillade, plus précisément dans l’une des plus belles réalisations architecturales de Zaha Hadid, Pierrives – ou « Cité des savoirs et du sport pour tous ». Le public peut y profiter en tout cas de l’espace pour lire ou écouter de la musique. Des expositions y sont en outre régulièrement organisées. L’édifice frappe par ailleurs par l’originalité de sa conception en forme de navire rétro-futuriste, en béton et verre teinté.

Si l’envie vous prend, vous pouvez par ailleurs vous offrir des plaisirs aquatiques à Antigone. Rappelons au demeurant que le quartier fut critiqué lors de sa construction dans les années 1980. La cité est en effet une forme caricaturale du style bofillien, du nom de l’architecte Ricardo Bofill, à qui le projet fut confié par le maire d’alors, Georges Frêche. Le public est en tout cas accueilli dans un univers kitscho-artificiel, avec notamment une lumineuse piscine olympique évoquant un paquebot.

Les scènes boisées au domaine d’O valent également le détour. Le domaine d’O – ou domaine départemental d’art et de culture –, ce sont en tout 23 hectares de jardins d’agrément. C’est donc dans ce cadre classique qu’il accueille depuis trois ans le Théâtre Jean-Claude Carrière. Imaginé par le studio a + Architecture, le Théâtre est un impressionnant parallélépipède couleur rouge brique, recouvert d’une résille de losanges colorés.